Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 12:03

Je me souviens du temps ou nous coulions des jours heureux sous le soleil d’Algérie. C’était le temps de l’enfance et de l’insouciance pour nous tous. Pierre, Francis, Jocelyne et moi étions les plus jeunes et les aînés Annie, Bernadette, Josiane, Manu et Robert. Nos parents se retrouvaient très souvent, tout était prétexte pour se réunir autour d’une bonne table et faire la fête.

Tantôt chez Pierrette et Gaston, Emeline et Manuel mes tantes et oncles ou encore Dolorès et Edmond., mes parents. C’était l’occasion de chanter à la fin du repas « st pierre et st Paul…... » je ne me souviens pas des paroles, mais c’était très amusant, car il fallait se faire passer les couverts en chantant. Et mon oncle Manuel en gardait toujours un au passage, ce qui faisait qu’après quelques tours de table, il n’y avait plus de couvert. Gaston avait toujours quelques bonnes blagues à raconter et quand Manuel se joignait à lui c’était le fou rire assuré.

J’étais jeune à l’époque, mais je me rappelle bien de ces moments de bonheur passés tous ensemble A chaque repas Pierre et moi faisions l’objet de railleries de la part des plus grands, nous étions très difficiles pour manger et souvent d’ailleurs nous ne mangions pas grand-chose. Par contre, j’ai le souvenir de quelque chose qui nous faisait marrer : c’était Robert notre cousin, lorsqu’il disait, tout en saisissant le plat qui se trouvait au centre de la table : « personne n’en veut plus ? » A la suite de quoi il se servait ce qui restait. Cela nous faisait rire car, on s’attendait à ce qu’il le fasse à chaque fois.

Et puis, il y avait les journées passés à la mer, nous partions tous ensemble, camper sur la plage, c’était super. Nos parents avaient toujours quelques choses à se raconter et nous, nous profitions des bains et du soleil. Nous revenions souvent les pieds pleins de goudron.

Je passerai sous silence les moments difficiles que nous connaissions quand nous étions dans l’eau et que les plus grands s’amusaient à nous faire boire la tasse, comme d’ habitude Pierre et moi étions souvent visés. Dans ces moments là nous les détestions. Mais nous oubliions bien vite tout cela car nous étions heureux d’être réunis.

Nous avons grandi, entre temps, nos parents ont pris chacun des chemins différents et nous nous sommes éloignés les uns des autres. De ce fait nous nous voyions moins souvent.

Puis ce fut la guerre et en 1962 nous nous sommes retrouvés à VIAS nous nous sommes réchauffés tous ensemble à nouveau. Dans notre malheur nous avons été heureux de nous rassembler dans ce petit village au « vieux logis » même si le confort laissait à désirer.Chacun a refait sa vie tant bien que mal et petit à petit nous nous sommes un peu perdus de vue. Quel bonheur aujourd’hui de se retrouver et de se remémorer tous les bons moments du passé.

Ma mère reste encore parmi nous, mais hélas nos autres parents ne sont plus là, c’est dans notre cœur qu’ils sont pour toujours.

Profitons encore de ces instants présents.

CARPE DIEM                                                                     

Edith DUBOSCQ.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
<br /> Et oui, je me souviens de tout cela moi aussi mais il y en aurait tant à raconter,je suis ravie que cela t'ai plu.Bisous à tous<br /> <br /> EDITH<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Ma grande soeur est une artiste:elle danse,elle chante....organise des surprises pour les anniversaires mais en plus elle écrit nos souvenirs d'enfance sans oublier le moindre détails!!!BRAVO<br /> FRANGINE!nous pourrions rajouter beaucoup de choses:les passages dans les cafés restaurants de l'oncle GASTON ET LA TANTE PIERRETTE à COURBET et à MENERVILLE où la cousine BERNADETTE pouvait<br /> chanter la chanson d'EDITH PIAF:" MOI j'essuie les verres au fond du café...J'ai rien d'autre à faire...<br /> .<br /> Nous pourrions parler de la montée ( avec le moteur de la 201 qui chauffait)à CHREA pour voir la neige si rare à ALGER<br /> Et beaucoup d'autres choses encore ....que nous faisions avec nos cousins et cousines (musique,sport et surtout BETISES) mais aussi avec les enfants du peintre arabe de l'atelier de carrosserie<br /> poids lourds de notre père et pour qui nos parents avaient fait construire un petit appartement au fond de notre jardin à BEAULIEU et une fois par semaine ma mère faisait monté chez nous la femme<br /> de ce peintre AMAR pour qu'elle puisse regarder le film arabe à la télé.<br /> GROS BISOUS FRANGINE FRANCIS<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Merci à toi Carinne, je sais que tu as toi aussi un grand sens de la famille. C'est là le plus important.<br /> Ta cousine<br /> Bisous<br /> Edith<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Cher Mr Serge MOLINES<br /> <br /> J'ai été très touchée par votre commentaire concernant mon petit récit familial.J'ai également lu les textes que vous avez écris sur l'Algérie et je me suis régalée tant il me rappelaient de bons<br /> souvenirs.Bien amicalement<br /> Edith DUBOSCQ<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> C'est ça la "vraie " famille. Des moments de joie, de bonheur, de tristesse aussi mais in finé, des souvenirs plein la tête. Gros bisous.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Madame DUBOSC,j'ai lu avec beaucoup d'intêret votre trés joli texte sur vos souvenirs d'enfance en algérie..Je l'ai trouvé trés beau et reflétant bien l'atmosphère généreuse de la vie que nous<br /> menions la-bas , au Pays ..comme vous je suis resté trés attaché à ce magnifique pays comme je l'ai écrit dans plusieurs textes que vous avez peut-être lus..je vous dis bravo .avec toutes mes<br /> amitiés PN<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de aehd-hussein-dey.over-blog.com
  • : L'Amicale des Enfants d'Hussein-dey a été créée en 1984 pour permettre aux Hussein-déens, repliés en France, après l'indépendance de l'Algérie, de se retrouver et de se réunir afin d'évoquer, dans la bonne humeur et l'amitié, les souvenirs de leur jeunesse.
  • Contact

Profil Du Webmaster

  • MORETTI Hervé
  • Hervé MORETTI fils de Marcel MORETTI,   gymnaste à 
HUSSEIN DEY , rue Zerouk et de Paule ROLAND quartier Jordy
  • Hervé MORETTI fils de Marcel MORETTI, gymnaste à HUSSEIN DEY , rue Zerouk et de Paule ROLAND quartier Jordy

Nombre de visites

 

Depuis le 4 juillet 2010

Recherche